Jeux vidéo, source d’enseignements

#1
Les jeux vidéo, source d’enseignements

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •
Il vous est déjà très certainement arrivé de sortir grandi d’une expérience. Que ce soit au sens strict du terme où on l’entend, ou comme autre exemple, par un écrit qui vous pousse à penser différemment, une musique qui vous recentre sur vous-même, un film qui révolutionne une conception pré-établis que vous vous faisiez… ou encore un jeu vidéo qui vous a bouleversé, peut être pour une ou toutes ces raisons.


Image : The Witness

Si le jeu reste une des expressions les plus fondamentales de la vie, notre média préféré a plus d’une fois exploiter cette forme d’expression pour nous faire passer des sentiments, des émotions, des messages, plus ou moins explicites, au sein d’expérience ludiques. C’est d’ailleurs la démocratisation de cette forme d’expression qui, je pense, tient à cœur aux équipes de MediaMolecule depuis LittleBigPlanet. Et encore plus particulièrement avec Dreams…
Je créé ce sujet dans l’idée que l’on puisse partager nos vécus sur certains jeux. Peut être discuter de l’application de leur enseignement, et pourquoi pas débattre de la pertinence des Game Design qui ont permis de faire passer ces idées !
Je pourrais, pour donner quelques exemples, citer des œuvres comme The Witness (image ci-dessus) qui m’a beaucoup marqué pour son ambition de vouloir sensibiliser le joueur à des questions métaphysique et existentielles pour ensuite les explorer, le tout par le système de jeu. Un des meilleurs jeux vidéo de ces 10 dernières années pour moi :dizzy_face:

Un peu dans la même idée, The Stanley Parable explore par son Game Design l’idée de la liberté du joueur, et parvient avec légèreté et humour, à nous retourner la tête lors de nos premières parties !

Notion de liberte + joueur, il serait compliqué de ne pas parler également des oeuvre de Hideo Kojima via ses Metal Gear, et prochainement, son Death Stranding !

Enfin bon, c’est infini bien sûr, et même certain jeux extrêmement “basiques” peuvent nous apprendre des choses sur le monde, ou nous même… (Paper Please, Braid, Antichamber, Darkest Donjon, Undertale, Celeste, This War of Mine, Spec Ops : The Line, Bioshock, Journey,… pour éventuellement donner quelques idées :yum: )
• • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

Un jeu vidéo vous a t’il marqué par son propos / sa profondeur / ou autre ? Lequel, pourquoi et comment ? :face_with_monocle: :upside_down_face:

3 Likes

#2

C’est peu être un peu facile, mais le but de Tearaway est de passer un message. Sous plusieurs formes mais bon :man_shrugging:, par exemple, cela explique comment écrire une histoire :blush:

0 Likes

#3

J’ai joué à pas mal de jeux. Mais les jeux que j’ai terminé m’ont souvent donné cette sensation de nostalgie, comme si je revoyais déjà tous ces moments passés devant cette histoire qui se tourne.
Je vais essayer de citer ceux qui m’ont vraiment marqué dans un ordre quelconque :

Journey - PS4 : Ce jeu (surtout quand on le fait d’une traite) est vraiment satisfaisant, ce sentiment d’infini quand on le termine, qu’on est l’un parmi tant d’autres, un grain de sable au milieu du désert. Ce petit personnage auquel on s’attache si vite pour finalement s’en détacher si prématurément. Une merveille. Les musiques enchantent notre épopée mais je crois que ce qui est le plus nostalgique, c’est le fait de voir les pseudos des joueurs qu’on a rencontré durant notre aventure, indépendamment du fait qu’ils aient terminé ou non l’aventure de leur côté. C’est un jeu qui quand on le termine, on est devant notre écran et on ressent un vide. Une seule envie, recommencer pour refaire vivre ce petit personnage.

The Witcher III (avec ou sans dlc)- PS4 : Le jeu aux une et mille quêtes. J’ai fait beaucoup de quêtes secondaires mais évidemment pas toutes. Quand on termine le jeu on se sent Géralt et c’est tellement plaisant. Enfin un jeu où on arrive à se mettre à la place du personnage, après moultes péripéties (difficiles) pour retrouver Ciri (et selon la fin qu’on obtient) on est fier d’être sorceleur. Rien que d’en parler ça donne envie de retourner sur le jeu !

God Of War (4) - PS4 : Quand j’ai fini ce jeu c’était comme avec Géralt, on se sent Kratos et on se sent fier après avoir passé 10000 épreuves d’enfin pouvoir faire ce que l’on devait faire (no spoil). Toujours ce côté nostalgique, de déjà vouloir relancer le jeu tellement l’action mais aussi l’émotion est au rendez-vous. Une intrigue qui nous tient tout de même bien en haleine jusqu’à la fin. Une oeuvre splendide ! Un mélange de sentiments tous très forts : la puissance de Kratos, l’évolution d’Atreus, le rêve d’une mère (et d’une autre)… Vivement la suite !

TLOU 2 Remastered - PS4 : Quand on fini celui là on est à la fois fier et triste. Un mensonge qui pèse lourd sur notre conscience de joueur, enfin perso j’étais triste pour Ellie, et déçu par Joel. Un énorme mensonge que l’on garde et qui est très frustrant après toutes les épreuves passées.

J’en oublie évidemment mais ceux sont les récents ceux-là

0 Likes

#4

@Tetraxel j’ai adoré cette idée dans Tearaway, qui était de se dire que l’objectif final du jeu, était le voyage en lui même ! C’est très méta (comme tout le jeu en fait), et j’avoue que j’adore ça :stuck_out_tongue: Ça rejoint d’ailleurs un tout petit peu ce que The Witness m’a fait ressentir sur un point. Que la “fin” d’un voyage n’est qu’une illusion.

@Kibanotox Pour The Last of Us, je trouve que le jeu exploite quelque chose d’intéressant, c’est l’idée de jouer un potentiel antagoniste. Joel finalement, je me dis que ça pourrait totalement être un ennemi. Son histoire, son caractère, tout ce qui fait le personnage, ça aurait fonctionné en tant que Grand Méchant. Mais de par la décomposition du traitement que fait le jeu de son histoire, on en arrive à adopter un point de vue illogique… peut être même immoral. Mais on le comprend. Et là où tous nos ennemis depuis le début du jeu on été éliminés par nos soins sans trop se poser de question, soudainement, le cas de Joel nous pousse (moi en tout cas) à reconsidérer toute l’aventure vécu. Reconsidérer le bien fondé des motivations du personnage que j’incarne.

J’attend avec beaucoup de curiosité ce qu’ils vont exploiter pour la Partie II :smiley:

1 Like

#5

Je pense que j’écrirai plusieurs fois dans ce post étant donné qu’il y aurait tant de jeux dont je voudrais parler. Je vais commencer par Fable

Fable 1 est un jeu vraiment unique je trouve (et bien meilleurs que les opus suivants).
Dans son Gameplay il avait des éléments très intéressants qu’on ne retrouve que dans très très peu de jeux mais je veux surtout parler de son ambiance et de son univers.
Pour commencer ce jeu a un côté mythologie grecque, avec la Guilde des Héros, tout ces héros qui vivent dans le monde et sont presque une caste de la population et non pas des êtres rares. ça me rappel le Disney Hercules dans la manière dont les civils parlent des héros.

L’univers en lui même est un bon mélange de Fantasy colorée et joyeuse avec des aspect plus sombre et tragique donnant un résultat assez mélancolique. Rien qu’avec le contraste entre les délire que l’on peut voir en jouant notre perso enfant dans l’intro et ce qui arrive à son village peu de temps après.

C’est difficile à expliquer mais je pense qu’on peut dans un sens comparer ce jeu avec Kaamelott (surtout les deux dernières saisons) car ce jeu donne vraiment une sensation à la fois humoristique et dramatique. Faire rire les gens tout les maintenant captivés et de parfois les rendre tristes sans se contenter d’utiliser des clichés je trouve que c’est une expérience vraiment bouleversante, monter la beauté d’un univers mais également ses drames.

C’est un jeu qui m’a énormément marqué et reste pour moi une référence. Je m’en inspire beaucoup dans de nombreux projets persos et surtout pour mon jdr.
Je conseil à ceux qui n’ont pas joué à Fable 1 de l’essayer quelques heures, il n’est pas long mais vaut le détour. Un gameplay assez exigeant et un univers vraiment sympa dans lequel se plonger. Et rien à voir avec les Fable suivant donc ne partez pas sur d’éventuels préjugés.

3 Likes

#6

J’ai jamais essayé le premier épisode !
J’étais tombé amoureux de Fable 2, qui a en grande partie motivé l’achat d’une Xbox 360 à l’époque (ça et les DLC exclusifs de Tomb Raider Underworld… oui, j’étais faible xD ) et j’ai dû le refaire au moins cinq fois tant je ne voulais pas quitter l’univers. Malgré tout c’est vrais que c’est pas la première fois que j’entend dire que le premier reste à part des suites (bon je ne parle même pas du 3, j’ai tenu 3h, j’ai trouvé ça très mauvais !). Qu’il a un truc qui s’est perdu ensuite… Il faudra que je me lance un jour !
Si je dis pas de bêtises, ça a été un des premiers jeux à vraiment explorer l’idée de karma (bon / mauvais) qui implique l’univers et le héro. Concept qui a été repris dans pas mal d’autres trucs après ça (genre InFamous). Même si de mon expérience de Fable 2, ça reste finalement assez binaire comme truc et on a fait bien plus fin et subtil selon moi depuis, mais ça avait très bien marché sur moi à l’époque dans mon investissement à l’univers et mon identification à l’avatar ! Et ce chien <3
Aaah ça me donne envie du coup ! :smiley:

1 Like

#7

Oui un des premiers à impliquer le karma et surtout à faire évoluer le corps du perso dynamiquement, il grossit, grandit, bronze et se muscle dynamiquement selon ta façon de jouer, des petits détails qui sont très intéressants et mériteraient d’être dans + de jeux.

Les pnjs étaient assez vivant également, la nuit ils vont se coucher, les marchands retire leurs marchandises des étals dans leurs magasin, ils allument les lumière en ville, etc.

Fable 2 est un bon jeu quand même mais le premier reste meilleurs je trouve. Dans le 2 on est le dernier Héro alors que comme je le disais dans le premier on a un aspect mythologie grecque avec le fait qu’on ne soit qu’un Héro parmi tant d’autre, je trouvais ça original.
J’ai adoré l’histoire du 2 parcontre, la relation avec ton perso et sa soeur ça colle assez bien avec ce que je disais de l’ambiance du 1.

0 Likes

#8

Tellement d’accord pour Fable 1 ! C’est le meilleur de la série. Rien que le “début” avec l’adultère derrière la maison, le gars essaie de te corrompre pour ne rien dire à sa femme c’était fou ! Et le début des choix bons ou maléfiques :smiling_imp: Puis Jack of Blades quoi, la trahison d’un certain perso (no spoil pour les curieux) enfin le jeu est vraiment complet. J’avais acheté sur 360 sa version remastered c’était vraiment cool, donc pas besoin d’avoir une xbox standard pour y jouer :slight_smile: (même si quand je l’ai fini la première fois c’était évidemment sur xbox)

0 Likes

#9

Oulala j’adore ton sujet, c’est hyper pertinent !
Le jeu qui m’a marqué à vie, tu l’as nommé ! Bioshock, que ce soit le 1 le 2 ou Infinite, ce jeu a tout pour être parfait. Le scénario est sublime. Je vais faire aucun spoil mais bon la scène de Songbird et Élisabeth à la fin me donne des frissons ! Le DLC seconde partie lorsque que Élisabeth découvre la formule et que tout prend sens. C’est jouissif !
L’univers est glauque, sanglant cruel (tout ce que j’aime !). Le gameplay à l’époque était unique du fait que ce soit l’un des premiers jeux à avoir AUTANT d’interaction avec les ennemis et l’environnement !

Puis la bande son et par dessus toute la scène d’intro du 1 qui est devenu un mythe me fait baver !

Sinon, un autre jeu ? Bloodborne clairement. Ce jeu m’a vraiment fait voyager intellectuellement. Sois on pose son cerveau et c’est un putain de jeu de bourrin sois on fait son petit érudit et on tombe dans un scénario chiadé bourré de référence littéraire (et j’en suis un) d’histoires glauques.
L’univers du jeu est terrible,
Il m’a marqué à vie ce jeu aussi, je me prostiturai pour Bioshock et Bloodborne. Bloodborne est vraiment unique jamais on retrouve un univers comme celui-ci ou même un gameplay, c’est ça qui fait sa force.
Si vous voulez parler de l’histoire ou de théorie sur ces deux jeux, vous allez être mes meilleurs amis ahah !

Il y a encore pleins de jeux qui m’ont marqués ! Comme Dark Souls mais moins que Bloodborne Demon’s Souls qui est selon moi quasi à la même auteur que Bloodborne. Life Is Strange qui m’a fait énormément réfléchir sur des petites actions avec de grandes conséquences notamment à l’époque quand j’étais lycéen, et puis surtout que les jeux ou films avec l’Effet Papillon :butterfly: (qui d’ailleurs est mon film préféré avec Donnie Darko)
La saga Resident Evil qui est aussi excellente (sauf le 4 car Leon. S. Kennedy est insupportable mais c’est un autre débat !)

2 Likes

#10

Jeux vidéo source d’enseignement.

Comme le nom l’indique j’ai de suite pensé à :

Assassins Creed Origine

Ce n’est pas mon jeu préféré (même si je n’en ai loupé aucun) et je ne sais plus si d’autres l’on fait.
Mais l’idée du mode visite est tout bonnement génial!
Pourvoir explorer la Vallée du Nil librement et entamer des visites de lieux historiques tel que les grandes Piramide de Gyseh ou en apprendre davantage sur le mode de vie , la nutrition, les avancées médicinales de l’époque égyptienne en " -56 " av J.C.
Je ne me suis pas penché sur le nouveau " Odyssée" s’il on fait la même chose?
Mais j’aimerais retrouver ce genre enseignement dans les prochains assassin’s creed et pourquoi pas les anciens.

The Elder Scrolls

Pour ce qui est de mon coup de coeur, reste la lignée des The Elder Scrolls.
J’ai commencé sur Oblivion puis évidemment Skyrim et le Oline (qui m’a beaucoup moin plus niveau immersion)
Je n’ai malheureusement pas pu tester les trois premiers.
Un monde médiévale fantastique débordant d’histoire et de vieilles légendes.
Des quêtes qui vous entraîne dans des lieux mythique , vous fonts voir des paysages magnifiques et rencontrer des personnes… parfois très loufoque.
Des armes et armures magnifiques.
De la magie des dragons des daedras, araignées et trolls à dégommer, que demander de plus?
Un système de choix sur le déroulement de l’histoire avec un p’tit côté bon ou mauvais dans le prochain opus ! Ça serait top !

0 Likes

#11

@Sir.Batbat J’avoue je suis un amateur de la saga Bioshock aussi. Même si les mécaniques de jeu de Infinite sont peut être un peu moins pertinentes que les deux premiers, le storytelling de Ken Levine fait quand même des merveilles sur moi !
Justement j’avais donné comme exemple Bioshock dans mon post initial, car j’ai remarqué que pour beaucoup de monde, en plus d’être un jeu extrêmement politique avec sa vision très pessimiste de l’Objectivisme, il a un vrais discours sur le faux semblant et le libre arbitre au sein même de ses mécaniques de jeu et sa narration. Il faudrait que j’y rejoue car ça fait un moment que je l’ai terminé et ce n’est plus très frais dans ma mémoire…
En tout cas c’est clair qu’on ne peut pas enlever à Bioshock d’être une oeuvre extrêmement… profonde… sans mauvais jeu de mot :stuck_out_tongue:

@Mouflarr56 Assassin’s Creed Origins (et Odyssey après lui du coup), c’est marrant mais je trouve que ce sont justement des jeux un peu cas d’école qui échouent à nous faire apprendre des choses par le jeu. Ils ont adapté l’encyclopédie des anciens en l’alliant à l’open world de leur jeu et son exploration, mais ça ne reste qu’un pavé de texte à lire finalement. Après ce n’est pas non plus le but de ces jeux et ils proposent plus ça en bonus deluxe, et ça reste de la culture, c’est sûr. Contrairement au premiers épisodes, je trouve que les AsC récents délaissent un peu le sens de leur Game Design, au profit de l’expérience mainstream tout public et rassurante. La recette Ubisoft quoi x)
Pour ce qui est des Elder Scrolls, j’ai essayé Morrowind, j’ai essayé Oblivion, j’ai essayé Skyrim… mais j’avoue que je n’ai jamais réussi à accrocher. Et ça me frustre parce que j’aime beaucoup les univers ! :smiley:

0 Likes